mardi 20 septembre 2016

Des succès de l'agrobusiness russe

Grace à l'appui de l'Etat sans précédent pour les projets agricoles et l'embargo européen sur les denrées alimentaires fraîches, les serres maraîchères sont devenues l'une des opportunités d'investissement les plus dynamiques et les plus rentables dans le secteur agricole de la Russie.
Le volume de la production de légumes non saisonniers a augmenté de 18 pour cent au cours des trois dernières années, selon le ministère russe de l'Agriculture. Le ministère a promis que 1.500 serres seront construites en Russie d'ici 2020, ce qui devrait presque couvrir la totalité de la demande de la nation pour les légumes pendant les mois les plus froids.
Les investisseurs du secteur espèrent que les serres produiront plus que la demande intérieure et espèrent que la Russie va devenir un exportateur de légumes frais.

Cette année, la société russo-japonaise JGC Evergreen, qui possède des serres près de Khabarovsk en Extrême-Orient russe, a vendu sa première récolte sur le marché intérieur et a annoncé son intention d'exporter vers la Chine. "Nous allons commencer à vendre nos légumes sur le marché chinois.», a déclaré Tomoyuki Igarashi, directeur général de JGC Evergreen. Durant une réunion d'un panel d'experts lors du Forum économique de l'Est à Vladivostok le 2 septembre, Igarashi a noté que l'énergie pas chère en Russie rend l'entreprise serriste attractive et rentable.
JGC Evergreen n’est pas la seule entreprise avec un œil sur le marché chinois.
En 2015, Rusagro, qui appartient au milliardaire Vadim Moshkovich, a annoncé son intention d'investir dans les légumes non saisonniers. La société a l'intention de construire plus de 90 hectares de serres dans la région de Tambov et considère déjà ses perspectives d'exportation.
Le gouvernement subventionne environ 20 pour cent des investissements en capital à la construction de serres.

La Russie sur la voie de devenir le plus grand exportateur de blé au monde pour la première fois.
En raison d'une récolte importante, les exportations du pays sont d’un montant potentiel de 30 millions de tonnes de blé pour la campagne agricole 2016-2017, ce qui est un record absolu dans ces quelques dernières années. Cependant, la croissance des exportations est limitée par les prix bas sur le marché mondial et les droits d’exportations imposées en 2014 par crainte de la croissance des prix dans le pays.  En effet, pour éviter une augmentation des exportations et une hausse des prix des céréales et du pain sur le marché intérieur, le gouvernement a introduit des droits d'exportation sur le blé. Cependant, en raison de la dévaluation du rouble, l'exportation est devenue très attractive. 

• Articles extraits de: Russia Beyond The Headlines

mardi 26 juillet 2016

De nombreux économistes US voient dans le modèle coopératif une idée qui s’applique très bien au courant économique actuel

Le magazine Time du 11-18 juillet 2016  dans un excellent article intitulé « 197. Cranberry capitalism » de Rana Foroohar a mis en évidence l’intérêt et l’actualité du modèle coopératif. De cet article, nous allons en emprunter de larges extraits.
Les coopératives appartiennent  aux coopérateurs qui les gèrent collectivement et permettent ainsi le rétablissent de l’équilibre de pouvoir entre l’entreprise et les apporteurs de produits ou services.
Ocean Spray une coopérative spécialisée en cranberries est une des plus de 30 000 coopératives américaines qui génèrent collectivement plus de 650 milliards $ de revenus.
Le mot coopératif peut évoquer des images de hippies et kibboutzim, mais il est un modèle d'entreprise largement utilisé depuis le milieu du 19e siècle en Europe et s’est répandue aux États-Unis.
De grands noms de marques comme Welch, Land O'Lakes et Sunkist et CHS Inc.... sont toutes détenues collectivement par des agriculteurs. REI, est la plus grande coopérative d’utilisation du matériel du pays.
Ce modèle collectif est susceptible de devenir encore plus populaire dans l'économie américaine qui devient de plus en plus Ubéralisée avec de plus en plus de travailleurs opérant comme des entrepreneurs indépendants.
Swift, une nouvelle application de taxi type Uber est gérée et détenue par les conducteurs. Le concept a trouvé la faveur des politiciens et des décideurs politiques, qui y voient un moyen de renforcer les économies locales tout en proposant un filet de sécurité sociale minimum.
New York City a récemment lancé un fonds de 2 millions de dollars pour aider à développer les coopératives dans le quartier des affaires comme des imprimeries et des cafés.
A Ocean Spray, les agriculteurs peuvent obtenir trois fois le prix moyen par baril de canneberges payés sur le marché libre, parce que les travailleurs, plutôt que de Wall Street, arrivent à prendre les décisions stratégiques. Les grandes firmes concurrentes sont sous plus de pression pour maintenir les cours des actions et une marge élevée. Peu de grandes entreprises peuvent se concentrer sur le succès à long terme des travailleurs. Douglas Rushkoff auteur « 
Throwing Rocks at the Google Bus: How Growth Became the Enemy of Prosperity » écrit "Depuis les années 1980, le succès de l'entreprise a été mesurée par sa capacité à extraire de la valeur et à la stocker dans son cours de bourse"
Aussi le modèle coopératif permet aux travailleurs de devenir propriétaires du capital et de décider des prix plutôt que d'être dépendant d'un ensemble de salaires ou de dividendes.

dimanche 3 juillet 2016

Consommer des insectes une alternative aux animaux d’élevage

La croissance de la population mondiale et le réchauffement climatique conduisent à la crainte d'une pénurie alimentaire potentielle au milieu du XXIe siècle.
Insectes comestibles
L'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture a dit que manger des insectes est généralement plus favorable à la santé que manger de la viande. Cette production pourrait également, tout en améliorant la nutrition réduirait la pollution.
Grillons et criquets, par exemple, présentent des acides aminés essentiels, des vitamines et minéraux.

Les insectes représentent plus de 80 pour cent de toutes les espèces animales et, comme il y a environ de 200 millions à deux milliards d'insectes par personne, il y a un large éventail de menus potentiels possibles.

D'autres, tels que les coléoptères, sont une bonne source de de bons acides gras.polyinsaturés. 
Le criquet est l'insecte qui est considéré comme ayant le plus d'avenir
Il contient 65% de protéines et est à 80% comestibles et digestible
Très économe à produire en aliments ingérés
Actuellement 1900 espèces d'insectes sont consommés par les hommes dont 450 de façon régulière.
Grillon préparé au restaurant chinois
Les insectes destinées à la consommation humaine devront provenir de sources fiables de même que leur alimentation pour leur élevage.
Les insectes font déjà partie du régime alimentaire de base dans de nombreuses régions du monde et les statistiques de l'ONU montrent que plus de 2 milliards de personnes en Asie, Afrique, Amérique centrale et du sud en mangent régulièrement. 

jeudi 9 juin 2016

La vie en dehors de l'UE: Qu'est-ce que l’on peut apprendre à partir du modèle agricole de la Norvège?

Les agriculteurs norvégiens obtiennent la plus grande proportion de leurs revenus de subventions gouvernementales que tout autre pays de l'OCDE• Les subventions agricoles représentaient 60 pour cent du revenu des agriculteurs norvégiens. Le soutien aux producteurs dans la zone OCDE équivaut à environ 19 pour cent des recettes agricoles brutes dans les 34 pays membres de l'OCDE. Les subventions agricoles de la Norvège sont  les plus élevées de l'OCDE
 Les différences de niveaux de soutien varient considérablement au sein du groupe OCDE, avec ceux de l'Australie, de la Nouvelle-Zélande et du Chili qui atteignent seulement 1 à 4 pour cent. En Suisse, au Japon et en Corée, un peu plus de la moitié des recettes agricoles brutes sont réalisées  grâce au soutien agricole.
En Norvège autant qu'en Grande-Bretagne, une grande partie de la législation nationale a ses origines à Bruxelles.La grande différence en Norvège est qu'ils n’ont rien à voir avec la politique de la pêche ou l'agriculture commune de l'UE. Avec le saumon la deuxième exportation norvégienne après le pétrole, les norvégiens ne voulaient pas que le reste des pêcheurs européens pillant leurs eaux et les agriculteurs sont opposés au système européen de soutien et de subventions qu’ils jugent inadaptés à leur situation géographique et le maintien d’une agriculture dans des zones froides.
Les montagnes et la neige signifient que seulement 3% des terres de la Norvège peuvent être cultivées, de sorte qu'ils consomment ce qu'ils produisent et vendent à des prix élevés par le jeu de prix d’écluse et importent le reste. Il n'y a donc pas besoin d'une structure de soutien des prix ou des subventions à l'exportation en effet les agriculteurs sont payés  beaucoup plus que d'autres en Europe. La plupart des Norvégiens pensent que leurs agriculteurs et les pêcheurs sont la raison pour laquelle ils sont restés dehors de l’U.E...

mercredi 20 avril 2016

Brexit or not Brexit, les agriculteurs anglais évaluent les conséquences (*)

Le taux d'auto-approvisionnement britannique n'est que de 62% 
Les agriculteurs  du Royaume-Uni  craignent pour la survie de leurs exploitations avec l'incertitude sur le résultat du vote à propos du maintien ou de la sortie de l’Union Européenne.  Chaque année, plus de 3 milliards d’€ sont accordés aux agriculteurs du pays grâce aux subventions de l'UE. Le revenu de nombreuses fermes est dépendant de ces paiements.
Le gouvernement dit qu’il fournira une sorte de soutien financier mais personne ne connait le montant ni pour combien de temps.
Viviane Gravey, chercheur et conférencière sur la politique agricole à l'Université d'East Anglia, estime : «Les pays qui ne sont pas dans l'Union Européenne comme la Suisse et la Norvège subventionnent effectivement l'agriculture beaucoup plus que nous le faisons dans l'UE, mais le gouvernement britannique a déclaré à plusieurs reprises qu'il veut moins de subventions en Europe il est donc très peu probable que Brexit signifierait plus d'argent pour l’agriculture," dit-elle. «Nous ne savons pas comment le Royaume-Uni commercera avec le reste de l'Europe ou avec le reste du monde, nous ne savons pas qui sera autorisé à venir dans ce pays pour travailler dans les champs et nous ne savons pas non plus, le type de politique environnementale auquel les agriculteurs devront se conformer. Il y a donc beaucoup d’incertitudes ".
Environ 40% du budget total de l'UE est affecté à la politique agricole commune, et l'année dernière la plus forte subvention, appelée le paiement agricole unique, concourt pour 56% du revenu total des exploitations agricoles en Angleterre.
Pour certains agriculteurs l'UE est considéré comme lourde et inefficace et criblée de trop de règlements.
En dépit de la campagne du gouvernement pour rester dans l’UE, le ministre de l'agriculture George Eustice MP est convaincu que le moment est venu de quitter.
Il a dit à Sky Nouvelles: «Je suis tout à fait clair que si nous avons le contrôle, si nous arrêtions de dépenser £ 350m par semaine et si on avait le contrôle de notre propre budget, conçu nos propres politiques, nous pourrions certainement faire mieux pour nos agriculteurs».
La famille de James Foskett a commencé l'agriculture en Bromeswell dans le Suffolk il y a 60 ans. Dans la dernière décennie, il a embauché 100 travailleurs d'Europe orientale à la fois, mais il dit que personne n'a été en mesure de lui dire s'il sera toujours en mesure de les employer, si le Royaume-Uni quitte l'UE.
"Franchement, nous n'avons pas la main-d'œuvre dans ce pays qui est prête à faire ce type de travail et nous sommes totalement dépendants de ces personnes."
Malgré cela, il est encore indécis sur la façon de voter.
"Si nous restons, nous avons vraiment besoin d'être conducteurs en Europe. En ce moment, nous sommes assis sur la clôture», a déclaré M. Foskett.
"Et si nous sortons, qui va conduire les négociations? Ça ne va pas être facile d'obtenir des accords commerciaux spécifiques avec le reste du monde."
Malgré cela, il est encore indécis sur la façon de voter
Voir l'excellent article de Skynews que nous avons utilisé 
(*) Le "Brexit" est une abréviation de "British Exit", évoquant l'hypothèse d'une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne

lundi 28 mars 2016

Perceptions sur l’agriculture chilienne à partir des rencontres et visites réalisées au cours d’un voyage d’étude agricole avec des agriculteurs de l’ouest de la France


Nos impressions peuvent être présentées sous formes de forces et faiblesses de l’agriculture chilienne

Impressions sur les forces
1°- les cultures de fruits et légumes de contre-saison sont possibles sur de vastes surfaces et la filière exportation est active pour vendre dans l’hémisphère nord. Le Chili bénéficie d’une situation privilégiée. Pour les semenciers produire des semences au Chili constitue une opportunité pour gagner 6 mois dans le planning de production.
Récolte des myrtilles pour les USA
2°- les agriculteurs ont un esprit pionner et raisonnent le marché en fonction des débouchés à l’exportation. Le pays a signé le plus grand nombre d’accords de libre-échanges au monde (18)   
2°- les terres sont profondes et fertiles, notamment celles d’origine volcanique. Le taux de matières organiques est élevé mais celui-ci est stable. La vie biologique du sol peut être activée avec l’apport de matières organiques fraîches comme le fumier de ferme.
3°- la disponibilité de l’eau de la fonte des neiges des Andes permet l’irrigation indispensable dans la plupart des zones de production végétale
4°- certaines maladies des plantes et animaux sont absentes grâce notamment à la barrière des Andes et celle de l’océan pacifique (ex. le phylloxera)
5°- le pays bénéficie d’une grande stabilité politique qui est favorable aux investissements et le Chili est ouvert aux capitaux extérieurs
6°- le coût de la main d’œuvre est encore faible (400€/mois)  

Impressions sur les faiblesses
Calibrage en vue de l'exportation de pommes en mars 2016
1°-  pas de politique agricole véritable, l’Etat se contente de subventionner l’irrigation, la forêt et achète des terres pour les redistribuer aux mapuches les premiers habitants. Ce type de politique ultra-libérale est celle que souhaite pour l’Europe la Grande Bretagne, le Danemark, les Pays-Bas et la Suède. A noter que la France, l’Allemagne et les USA n’y sont pas favorables.
2°- le prix des terres arables est élevé (10 000€/ha) et les baux ne sont que de 1 à  3 ans.
3°- la vulgarisation est assurée par les technico-commerciaux qui peuvent donner des conseils intéressés commercialement.
4°- les produits chiliens n’ont pas encore une image de marque forte. Les politiques de qualité se mettent en place lentement.
5°- les agriculteurs présentent un caractère individualiste, les formes de coopération entre agriculteurs sont peu développées.
6°- le libéralisme sélectionne les plus compétitifs et laisse sur le bord de la route les plus faibles.


Nous avons observé également que les prix européens suivent les mêmes fluctuations que celles du marché chilien (et international). Nous vivons dans un système de production où l’interdépendance entre les agricultures du monde est de plus en plus évidente et forte. 

mercredi 10 février 2016

La décision de l'OMC à mettre fin aux subventions aux exportations agricoles est une bonne nouvelle pour les agriculteurs et aussi les consommateurs.

A la fin des années 1980, un tiers des subventions agricoles de l'UE environ € 10 milliards par an (équivalent à environ € 17 milliards d’aujourd'hui) étaient utilisées pour les subventions aux exportations agricoles. La politique agricole commune de l'UE avait des prix minimum fixés administrativement : prix d’interventions, prélèvements à l’importation et restitutions à l’exportation pour les principaux produits de base. L‘Europe connaissait d'énormes stocks de céréales et de produits laitiers et des prélèvements élevés à l’importation des produits des pays tiers. Les agriculteurs se plaignaient, malgré tout, des prix trop bas. Les organismes d'intervention de l'UE ont déconnecté les agriculteurs avec des prix qui auraient guidé l’offre en quantité et qualité. Les USA subventionnaient par d’autres mécanismes.  
En même temps, les économies de pays émergents ont commencé à montrer leur appétit croissant pour introduire subventions à l'exportation, y compris la Chine (coton), l'Inde (sucre), le Vietnam et la Thaïlande (riz), en raison de l'augmentation de leurs stocks, conséquence du niveau de soutien accordé aux producteurs nationaux.
En Décembre 2015, à la Conférence ministérielle de l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC)  à Nairobi, les pays membres ont finalement convenu que les subventions à l'exportation pour les produits agricoles seraient abolies. L'accord du 19 Décembre 2015 stipule que "les pays développés membres élimineront immédiatement leurs restitutions restantes à partir de la date d'adoption de cette décision» et «les pays en développement membres élimineront leurs subventions à l'exportation d'ici la fin de 2018." Les membres de l'OMC "s’engagent également à ne pas donner de crédits subventionnés à l'exportation, de garanties de crédit à l'exportation ou des programmes d'assurance" pour les produits agricoles. Ces systèmes étaient très utilisés par les USA.               
                                                                            photo: poulet congelé en provenance d'Europe
Les subventions à l'exportation : paiements directs, prêts à l'exportation, avantages fiscaux faussent les prix du marché et conduisent à des prix plus élevés sur le marché où la production est excédentaire dans les pays exportateurs et des prix plus bas et moins de production domestique dans les pays importateurs, par découragement des agriculteurs. À court terme, les consommateurs dans les pays importateurs bénéficient de prix des produits alimentaires faibles ce qui évite les émeutes de la faim, cependant, à long terme, ce système nuit à la production alimentaire et sa compétitivité dans les pays importateurs. 
Un premier accord a eu lieu lors de la réunion du Conseil ministériel de l'OMC à Hong Kong en Décembre 2005. L'UE avait concédé que ses subventions à l'exportation pouvaient être éliminés, les USA ses crédits à l'exportation et l'aide alimentaire (largement utilisée), le Canada et l’Australie leurs offices de commercialisation avec monopole d'Etat.